Au cours des dernières années, plusieurs pays partenaires du Sud de la Méditerranée ont connu des développements institutionnels importants en matière de lutte contre la violence à l’égard des femmes. Au travers des Programmes Sud I et II, le Conseil de l’Europe a essayé d’accompagner ces développements et de renforcer les capacités des acteurs nationaux pour une lutte efficace contre la violence faite aux femmes, notamment en promouvant la mise en place et le fonctionnement de structures de suivi et de soutien.

© Shutterstock
 

La lutte contre la violence à l’égard des femmes est une priorité transversale du Programme Sud III. Elle sera abordée par un travail de sensibilisation au standards du Conseil de l’Europe en la matière, en fournissant un soutien adapté aux structures pertinentes dans ce domaine et en encourageant la mise en réseau des pays de la zone sud-méditerranéenne entre eux, et avec les pays de l’Europe.

Quelques exemples d’outils et de plateformes qui vont être mobilisées à cet effet :

  • un module du Programme HELP sur la Convention d’Istanbul sera délivré ; et
  • la participation au « Réseau pour le droit des femmes de vivre sans violence » de l’APCE sera encouragée.

 

[1] En particulier les pays du Sud de la Méditerranée qui beneficient du statut de Partenaire pour la Démocratie de l'APCE.

Le saviez-vous?

  • Environ 35% des femmes dans le monde ont été victimes de violences physiques et/sexuelles.
  • 51% des victimes du trafic d’êtres humains découvertes dans le monde sont des femmes et « près de trois femmes et filles victimes sur quatre le sont à des fins d’exploitation sexuelle ».
  • « Au moins 140 pays ont promulgué des lois sur la violence familiale et 144 disposent de lois relatives au harcèlement sexuel. Cependant, même là où des lois existent, cellesci ne sont pas toujours en conformité avec les normes et les recommandations internationales ou mises en application. Ainsi, 37 pays exonèrent l’auteur de viol de poursuites lorsqu’il est marié à la victime ou l’épouse par la suite ».

Source: UN Women

Réseaux sociaux Réseaux sociaux